Langage et communication

Ce n’est pas parce que nous parlons la même langue que nous parlons le même langage ; et pour vraiment, nous comprendre, entrer en relation, et rencontrer l’autre, il faut à la fois parler la même langue et le même langage.

Cette question se pose en permanence dans nos existences. Et nous sommes souvent démunis par ignorance de nos propres mécanismes et de ceux avec qui nous sommes en relation. Après avoir compris les principes de la CNV nous avons deux grands secteurs d’application, les relations entre les hommes et les femmes, et les relations amicales et amoureuses; sachant que « les hommes viennent de Mars (le principe masculin) et les femmes viennent de Vénus (le principe féminin) ».

1 – LES RELATIONS ENTRE LES  HOMMES ET LES FEMMES

Les relations entre les martiens (les hommes,le masculin) et les vénusiennes (les femmes, le féminin) sont souvent perturbées par des malentendus. Les femmes reprochent souvent aux hommes de ne pas les écouter. En fait les besoins des uns et des autres ne s’expriment pas de la même façon.

Par exemple quand « il »pense qu’« elle » veut des solutions, en réalité « elle »veut de la compréhension. Les relations deviennent ainsi rapidement surréalistes entre monsieur réponse-à-tout et madame du comité d’amélioration permanente.

Autre exemple, chaque homme mesure sa valeur personnelle en fonction de son aptitude à obtenir des résultats. Donner des conseils à un homme qui ne l’a pas demandé revient à présumer qu’il ne sait pas faire ce qu’il faut ou comme il faut, ce qui engendre chez lui l’impression d’être critiqué et mal aimé. La valeur personnelle d’une femme, par ailleurs, se mesure à la qualité de ses sentiments et de ses relations avec les autres.

La caverne des martiens

 En cas de stress les hommes s’enferment dans leur caverne jusqu’à ce qu’ils aient trouvé la solution ou simplement évacué leur stress, tandis que les femmes bavardent et discutent de leurs problèmes entre elles. Une femme stressée cherche moins à résoudre ses problèmes qu’à se soulager en les racontant à un interlocuteur capable de les/la comprendre. Pour oublier ses propres souffrances une femme se plonge parfois dans les problèmes des autres. L’homme tire satisfaction de l’élaboration d’une solution la plus parfaite possible, tandis que la femme s’épanouit en relatant ses soucis avec une précision méticuleuse.

Donner et recevoir

 Les femmes ont peur de recevoir, en pensant qu’elles ne le méritent pas ; alors elles donnent trop, et s’épuisent.  Les hommes ont peur de donner, par peur panique de l’échec, de ne pas être à la hauteur de la situation.

Paroles et silences

 Quand les martiens parlent ils donnent des informations, quand les vénusiennes parlent elles expriment des sentiments. Pour donner plus de poids à leurs sentiments les vénusiennes utilisent des superlatifs, des généralisations.

Le silence masculin est une aussi grande source de malentendus que le langage féminin. Quand un martien se tait,sa femme imagine facilement le pire. En fait le martien se retire dans sa caverne pour mettre de l’ordre dans ses idées. L’insistance féminine à questionner est alors vécue comme une intrusion voire une inquisition malvenue. L’homme déteste que sa femme le force à parler.

Une femme peut confier ses sentiments à un homme sans exiger qu’il en fasse autant et sans déplorer son silence. Un homme peut écouter une femme sans succomber à la tentation de lui donner des solutions. Ils peuvent ainsi se soutenir mutuellement sans se forcer l’un et l’autre à changer, et sans essayer de changer l’autre.

L’élastique des martiens

Même quand un homme adore une femme il éprouve le besoin de s’isoler de temps à autre, pour mieux revenir ensuite auprès d’elle. De ce point de vue il fonctionne comme un élastique. Il oscille entre son besoin d’intimité et son besoin d’autonomie. Une femme peut entraver cette alternance en poursuivant l’homme quand il s’éloigne et/ou en le punissant de s’être éloigné d’elle. Un homme peut ainsi devenir passif et/ou exagérément dépendant.

Certains hommes (sensibles) ne savent pas s’éloigner de leur femme quand ils en ont besoin et d’autres (machos) ne savent pas revenir quand ils en ont besoin.

Quand un homme et une femme restent collés l’un à l’autre, fusionnels, un mal-être, du ressentiment, de l’irritabilité, s’installent, en eux et entre eux.

La vague émotionnelle des vénusiennes

Les émotions et le moral des femmes évoluent comme les vagues de la mer. Elles montent et descendent. Quand la vague monte la femme éprouve le besoin de donner de l’amour ; quand la vague descend la femme éprouve le besoin d’en recevoir, avec des instincts possessifs parfois.

Le puits des vénusiennes

La vague descendante ressemble à la descente dans un puits. La descente peut être plus ou moins longue, plus ou moins importante. Une femme descend dans son puits parce que c’est dans sa nature profonde, pas à cause d’un homme ou d’une de ses maladresses, au moins initialement. La femme possède la capacité de rebondir rapidement après avoir touché le fond de son puits.

Une femme qui ne se sent pas en sécurité pour descendre dans son puits, s’épuise à étouffer ses émotions négatives et à faire croire que tout va bien. Elle peut alors éviter toute forme d’intimité, émotionnelle, intellectuelle, sexuelle, ou bien endormir ses angoisses avec des échappatoires comme l’alcool, le travail, la boulimie, l’altruisme maniaque. Mais en réprimant les émotions négatives elle réprime aussi les émotions positives et l’amour.

Pour être capable de ressentir des émotions positives, amour, bonheur, confiance, gratitude, il faut aussi pouvoir de temps en temps ressentir des émotions négatives, tristesse, colère,angoisse, peur. Quand une femme est en mesure de descendre dans son puits elle est en mesure de se guérir de ses émotions négatives.

Les demandes des martiens et des vénusiennes

Les hommes réclament le droit d’être libres et les femmes le droit de se sentir, émues, offensées, comprises, rassurées, entendues. Les hommes ont besoin d’espace et les femmes de compréhension. Si l’homme reconnaît le besoin de sa femme d’être entendue, elle admettra en retour son besoin à lui d’être libre.

Les attitudes « F » qui blessent

Il y a quatre comportements, efficaces à court terme, et néfastes à moyen ou long terme pour arrêter ou éviter les discussions et les disputes :

1- le Face-à-face agressif, martien,l’attaque étant supposée être la meilleure défense. Mais les stratégies d’intimidation, de menace, sapent la confiance de l’autre.

2 – la Fuite, stratégie martienne également pour éviter les confrontations. Par peur du désaccord les discussions sont évitées, mais les sentiments négatifs n’étant pas exprimés la rancœur s’installe.

3 – la Feinte qui est une stratégie vénusienne pour éviter les confrontations. Les problèmes sont niés,tout va bien, mais l’amertume et le ressentiment se produisent bientôt.

4 – le Forfait, de nature vénusienne,consiste à capituler avant toute discussion. La femme sacrifie ses propres besoins à ceux de son partenaire, souvent par peur d’être rejetée. A terme voilà la dépression.

Les disputes et les batailles

Les disputes suivent souvent le même processus. La femme s’offusque d’une remarque ou d’une attitude de monsieur.Monsieur s’énerve que madame soit offusquée. Madame s’irrite encore plus car la légitimité de ses émotions n’est pas reconnue. Monsieur accuse madame d’être responsable de son irritation et lui demande des excuses avant toute réconciliation. Ou bien madame s’excuse sans savoir trop pourquoi, et avec un ressentiment persistant, ou bien le désaccord se transforme en bataille.

Les disputes dégénèrent souvent parce que l’homme dénigre les sentiments de la femme et qu’elle réagit par de la désapprobation, des critiques.

Les excuses

Les martiens n’aiment pas s’excuser car cela revient, pour eux, à reconnaître un tort et à demander pardon. Pour les vénusiennes, les excuses signifient qu’elles sont peinées par le mal-être de leur partenaire. Elles ne signifient pas qu’elles ont fait quelque chose de mal.

 La locution « excuse-moi »est d’un grand pouvoir dans la bouche d’un martien pour désamorcer une dispute avec une vénusienne.

Le désaccord sans la dispute

Les désaccords exprimés sereinement peuvent se résoudre. Le meilleur moyen de prévenir une dispute est de la désamorcer avant qu’elle n’éclate.

 L’explication, sans interprétation réciproque, des sentiments et des besoins des partenaires, et leur reconnaissance, permet d’éviter la dispute. Il est possible de se dire ses émotions directement et honnêtement d’une manière qui ne blesse pas autrui.

Les martiens apportent leur soutien quand on le leur demande, tandis que les vénusiennes le font sans se poser de questions.

L’expression des besoins, sans reproche, ni critique, ni exigence, ni jugement, en toute sécurité, est un cadeau que les martiens et les vénusiennes peuvent s’offrir.

Quand chacun des partenaires connaît exactement les besoins de l’autre la communication est grandement favorisée.

La demande d’aide, de soutien

Si la femme ne demande pas d’aide, l’homme pense qu’il lui en donne suffisamment. Pour solliciter le soutien d’un martien, une vénusienne peut être directe et brève, en commençant sa phrase par : « voudrais-tu… ? », ou« veux-tu… ? », et non pas :« pourrais-tu.. ? », ou « peux-tu… ? ».

Un martien est beaucoup plus enclin à dire oui lorsqu’il sait qu’il a la liberté dire non.

Le principe des 90/10

Quand nous sommes émus ou bouleversés, environ 90% de notre trouble vient de notre passé, de notre Ombre, et n’a rien à voir avec ce que nous croyons être sa cause. En général, 10% de notre trouble, seulement, se rapporte aux circonstances présentes.

Les blessures non cicatrisées de l’enfance, les critiques, les reproches, les refus vécus comme des rejets émanant des parents, faussent les perceptions des « adultes ».

2 – LES LANGAGES DE L’AMOUR.

Dans un couple, dans une famille, chacun exprime son amour, sa tendresse,  d’une façon particulière. Mais notre façon de faire, et ce qui nous touche de la part de nos amis, de nos parents, de nos proches, n’est pas forcément réciproque.

 Il existe CINQ LANGAGES EN AMOUR, dans les relations de proximité.

Langage 1 : les paroles valorisantes. Une façon d’exprimer l’amour consiste à prononcer des paroles qui font du bien. Des compliments verbaux ou des mots d’appréciation sont de puissants communicateurs d’amour. Paroles d’encouragement, paroles aimables, compliments, félicitations. Est-ce que je dis souvent à mon mari, ma femme, mes enfants, que je les aime et que je les apprécie ?  À quand remonte la dernière fois où j’ai complimenté ma femme sur ce qu’elle porte ? Quand lui ai-je dit qu’elle est belle ?

 Langage 2 : les moments de qualité.C’est accorder à l’autre une attention totale. C’est partager des moments intenses et de qualité. Etre ensemble, discuter, parler et écouter. Plus de sympathie et moins de conseils. Plus de compréhension et moins de solutions. Plus de questions et moins de conclusions. Plus d’attention à la personne et moins d’attention au problème

Langage 3 : les cadeaux.  Les cadeaux sont des symboles visibles de l’amour. Plus que la pensée venue à l’esprit, c’est la pensée exprimée par le geste qui est l’expression de l’amour. Cadeaux achetés, trouvés, ou confectionnés, don de soi.

Langage 4 : les services rendus.  Cette façon d’exprimer l’amour consiste à décharger votre conjoint ou vos proches en faisant certaines choses pour eux.  Tâches quotidiennes ou ménagères; en dépassant les stéréotypes de genre.

 Langage 5 : le toucher physique.Le toucher est un puissant moyen pour communiquer son amour. Etreinte des mains, baisers, enlacements, relations sexuelles, toucher affectueux, toucher amoureux.

 APPLICATION QUOTIDIENNE : LE JEU DU RÉSERVOIR. L’un dit à l’autre « sur une échelle graduée de 0 à 10 à quel niveau de remplissage estimes-tu ton réservoir d’amour aujourd’hui? » Après la réponse, lui demander : « que puis-je faire pour faire monter le niveau ? »  Inverser les rôles de manière à ce que chacun ait son réservoir émotionnel plein.

 Remarque : LE CONCEPT DES LANGAGES DE L’AMOUR S’APPLIQUE AUSSI AUX ENFANTS

1 – LES PAROLES VALORISANTES sont faciles à trouver quand l’enfant est tout petit, ensuite il faut continuer. Nous avons plus tendance à le reprendre pour ses manquements qu’à le féliciter pour ses réussites.

2 – LES MOMENTS DE QUALITÉ : C’est entrer dans l’univers de l’enfant pour qu’il se dirige vers le monde des adultes. Les enfants une fois adultes ne se souviennent plus de ce qui a été dit; en revanche, ils gardent le souvenir de ce qu’ils ont fait avec vous.

3 – LES CADEAUX : souvent les parents offrent ce qu’ils auraient souhaité quand ils étaient enfants eux-mêmes mais les cadeaux ont peu d’impact sur le réservoir émotionnel d’un enfant si ce n’est pas son langage préféré.

4 – LES SERVICES RENDUS : si pour certains enfants les baigner, les habiller,laver leur linge, les aider à faire leurs devoirs, réparer leur vélo, leur préparer le petit déjeuner le matin… est normal, pour d’autres enfants cela est l’expression de l’amour de leurs parents.

5 – LE TOUCHER PHYSIQUE : baisers, caresses, ou promenade main dans la main sont autant de gestes qui communiquent à un enfant que vous l’aimez.

Exercice : – Observez votre enfant pour voir comment il communique son affection aux autres. Ne mettez pas ses frères et soeurs dans le même moule. Chaque enfant est différent.