Yoga du son

Le corps est un instrument de musique. C’est l’instrument de la Vie, de l’Amour, de Dieu. La Vie, l’Amour, Dieu jouent de notre corps et ce corps doit être accordé pour être juste, développer les résonances et propager les vibrations. Ainsi l’homme est à la fois émetteur et récepteur, son corps est une antenne.

Dans le corps, la propagation des sons se fait par le squelette. Ce sont les os qui conduisent les vibrations. Ensuite les vibrations osseuses se diffusent dans tout le corps, les tissus,les organes, au plus profond des cellules.

La structure principale du squelette est la colonne vertébrale. C’est la corde principale de notre instrument et, comme la corde d’un violon, elle doit être justement tendue. A partir de cette  corde, l’ensemble du squelette devient un portevoix, un porte-son. Pour cela la posture est importante, la verticalité, primordiale. La verticalité, dans la détente et la juste tension, est maintenue grâce à la vigilance qui permet de ressentir, de s’ajuster, de s’accorder.

Le corps est donc un instrument à corde mais il est aussi un instrument à vent. La respiration est la base de l’acte phonatoire, le souffle devient son. Cette respiration est basse, ample, tranquille, dans un corps détendu. Au fur et à mesure de la pratique, elle se développe, le diaphragme s’assouplit, le souffle s’allonge. Pour devenir son, le souffle a besoin d’un soutien, d’une énergie, d’une force qui le conduit, dans la verticalité, le long de la colonne vertébrale jusqu’aux cordes vocales qui vont le transformer en son. Cette énergie vient du sol, captée par notre ancrage et concentrée dans le hara.Ainsi dans ce corps-antenne, l’énergie-son nous traverse. Nous jouons la Vie, nous jouons avec la Vie.


Bols tibétains